Qui sommes nous?

Trainsparence est une coalition d’experts et de citoyens engagés dans la promotion de la transparence, de la saine gouvernance et du développement durable dans des projets d’infrastructure et de développement du territoire.

Pourquoi nous nous opposons au REM

Le gouvernement est en train de précipiter le processus d’approbation du REM alors même que de nombreux ministères considèrent que les études d’impact du REM sont «irrecevables» et que le public n’a toujours pas accès aux informations essentielles sur le projet. CDPQ INFRA refuse de divulguer leurs études sur l’achalandage, les analyses coûts-bénéfices comparés à d’autres options et refuse de répondre à des questions importantes sur de nombreux sujets, notamment l’impact sur le système de transport actuel ou sur les tarifs actuels.

Le projet REM sera le plus grand PPP de l’histoire du Québec et le gouvernement libéral désire donner un pouvoir sans précédent à une entité privée.

Nous allons confier la planification, le financement, l’exploitation, la maintenance et la propriété d’une infrastructure stratégique à un consortium externe.

En privatisant le REM, les décisions seront motivées par le profit plutôt que par le bien du public.

Pendant ce temps, ce projet sera financé avec des milliards de dollars de subventions des gouvernements fédéral et provincial ainsi qu’une contribution indéterminée provenant de taxes municipales et des tarifs transport en commun.

CDPQ Infra recevra également des milliards en infrastructures publiques et en réseaux de transport existants, y compris le tunnel sous le Mont-Royal et la ligne de train Deux-Montagnes.

Ils pourront ensuite vendre ces actifs à tout autre propriétaire privé à tout moment.

Cela est inacceptable.

Poursuites judiciaires

1. À la lumière du mépris flagrant démontré tout au long du processus du REM pour le due process et les droits des citoyens, un groupe de citoyens a entamé une poursuite judiciaire afin de forcer le gouvernement à tenir de nouvelles audiences du BAPE. La requête a été rejeté au stade préliminaire par le juge Yergeau. Les requérants ont jusqu'à la mi-janvier 2018 pour porter leur cause en appel.

» Aidez à financer cette poursuite en faisant un don via Coalition Climat Montréal

2. Le propriétaire de lots expropriés sur la Rive-Sud, Claude Gazaille, conteste son expropriation, ainsi que la constitutionnalité du REM sur le plan de la taxation indirecte qui sera prélevée (voir article sur La Presse).